Cheval

Alimentation des Chevaux: 4 Choses Importantes à Savoir !

/

par Victoire Dufour

Vous vous posez des questions sur l’alimentation des chevaux ?

Comme pour les humains, une bonne nutrition est essentielle pour que les chevaux restent en forme et en bonne santé. Ce guide a pour but de vous aider à savoir avec précision les besoins alimentaires des chevaux.

Nous explorerons les différents types d’aliments qu’ils consomment, la fréquence et la quantité de nourriture à donner, et comment adapter l’alimentation selon l’âge et l’état de santé du cheval.

Les besoins nutritionnels de base du cheval

10940200 – a portrait of a horse in the sunset

Les chevaux comme tous les animaux ont besoin d’une alimentation équilibrée pour rester en bonne santé. Il leur faut : 

  • Des protéines : elles sont essentielles pour la croissance, la réparation des tissus et la production d’énergie. Les jeunes chevaux en croissance et les juments en gestation nécessitent des niveaux élevés de protéines ; 
  • Des lipides : bien que les chevaux n’en aient pas besoin en grande quantité, les lipides sont une source concentrée d’énergie. Ils aident aussi à l’absorption de certaines vitamines ;
  • Des glucides : Ils sont la principale source d’énergie pour les chevaux et se trouvent principalement dans les fourrages et les grains ;
  • Des vitamines et minéraux : ces nutriments soutiennent de nombreuses fonctions vitales. Les chevaux doivent avoir un régime équilibré pour éviter les carences ou les excès qui peuvent être aussi néfastes pour sa santé.

Par ailleurs, les besoins énergétiques d’un cheval varient en fonction de son âge, de son poids, de son niveau d’activité et de son état de santé.

Ainsi, un cheval de course aura besoin de plus d’énergie qu’un cheval de compagnie moins actif. Cela se vérifie encore plus si vous arrivez à fabriquer un marcheur pour vos étalons. Les chevaux âgés ou ceux ayant des problèmes de santé peuvent nécessiter des ajustements spéciaux dans leur régime pour répondre à leurs besoins nutritionnels.

Les aliments conseillés pour les chevaux

aliments pour les étalons mangeant dans une prairie avec une cavalière

L’alimentation pour cheval se compose principalement de trois types d’aliments : les fourrages, les concentrés et les suppléments. Chacun joue un rôle spécifique dans l’apport des nutriments nécessaires.

Les fourrages constituent la base de l’alimentation équine. Les hayons (foins secs), l’herbe fraîche et l’ensilage (herbe fermentée) fournissent principalement des glucides, des fibres et sont une source d’énergie modérée. Les fibres des fourrages aident à maintenir une bonne digestion et à réguler la vitesse de passage des autres aliments dans le système digestif.

Les concentrés comprennent les grains comme l’avoine, l’orge, et le maïs, ainsi que les mélanges commerciaux spécialement formulés pour les chevaux. Ils sont riches en énergie et s’emploient souvent pour compléter les fourrages. Surtout pour les chevaux ayant des besoins énergétiques élevés comme ceux qui sont très actifs ou ceux qui ont du mal à maintenir leur poids.

Les suppléments s’utilisent pour fournir des vitamines, des minéraux ou des nutriments spécifiques qui pourraient manquer dans l’alimentation habituelle. Leur utilisation dépend des besoins individuels de chaque cheval, déterminés par des facteurs comme la gestation. Consultez un vétérinaire ou un nutritionniste équin avant d’ajouter des suppléments à l’alimentation pour s’assurer qu’ils sont nécessaires et administrés dans les bonnes proportions.

Alimentation des chevaux selon leur stade de vie

L’alimentation des chevaux doit s’adapter à chaque étape de leur vie pour répondre à leurs besoins nutritionnels spécifiques. Cela garantit leur bien-être, leur santé et une performance optimale tout au long de leur existence.

Alimentation des poulains

Durant les premiers mois, les poulains se nourrissent essentiellement du lait de la jument qui leur fournit les nutriments essentiels pour croître. Dès l’âge de quelques semaines, ils commencent à explorer et à goûter au fourrage et aux grains, intégrés progressivement à leur régime. Une alimentation riche en protéines, calcium et phosphore est nécessaire pour soutenir leur croissance et le développement de leurs os.

Alimentation des chevaux adultes

L’alimentation des chevaux adultes doit être équilibrée en fonction de leur activité. Un cheval au travail intense comme un cheval de course ou de concours nécessitera plus d’énergie et de protéines, souvent apportées par des concentrés énergétiques.

À l’inverse, un cheval de loisir peut se contenter d’une diète principalement basée sur le fourrage, complétée par des minéraux et vitamines pour couvrir tous ses besoins nutritionnels.

Alimentation des chevaux seniors

À mesure que les chevaux vieillissent, leur capacité à digérer efficacement peut diminuer. Ils peuvent nécessiter des aliments plus faciles à mâcher et à digérer, comme des fourrages spéciaux ou des grains plus fins.

Les régimes pour seniors doivent être riches en fibres et faibles en sucre pour éviter les problèmes de santé liés à l’âge comme l’insuffisance rénale ou les troubles métaboliques.

Alimentation pour chevaux en gestation ou en lactation

Les juments en gestation ou en lactation ont des besoins nutritionnels particulièrement élevés pour soutenir le développement du fœtus et la production de lait. Au cours du dernier trimestre de gestation, l’apport nutritionnel doit être augmenté progressivement, notamment en protéines, énergie, calcium et phosphore.

Pendant la lactation, ces besoins restent élevés, nécessitant souvent des ajustements significatifs pour maintenir la santé de la jument et assurer une bonne croissance du poulain.

Les aliments dangereux ou toxiques pour les chevaux

Pour prévenir l’intoxication chez les chevaux, n’oubliez pas de prendre plusieurs mesures proactives. D’abord, il importe de bien connaître les aliments et les plantes qui sont sûrs pour eux. De nombreux aliments couramment consommés par les humains comme les pommes de terre, le chocolat, et les avocats, peuvent être toxiques pour les chevaux.

En plus, certaines plantes communes dans les pâturages ou les jardins peuvent aussi présenter des risques. La formation et l’éducation de toutes les personnes qui interviennent dans la gestion et le soin des chevaux sont donc importantes. Il s’agit notamment des propriétaires, des palefreniers, et même les visiteurs qui pourraient être tentés de donner des friandises aux animaux sans connaître les dangers potentiels.

Surveiller l’environnement des chevaux est également crucial. Il faut régulièrement inspecter les pâturages et les zones accessibles aux chevaux pour s’assurer qu’il n’y a pas de plantes toxiques ou de déchets potentiellement dangereux. Enfin, en cas de doute sur l’état de santé d’un cheval ou si des symptômes d’intoxication apparaissent, contactez immédiatement un vétérinaire. 

A Propos de
Victoire Dufour

J'ai toujours aimé passer du temps avec les animaux, les comprendre et les chouchouter. Mais mes préférés restent les chiens et les chats, ce sont pour moi des compagnons exceptionnels qui apportent tellement de bonheur et d'affection.

Laisser un commentaire